Le prix des copropriétés de style appartement a chuté de plus de 6 % depuis le début de l'année, comparativement à la même période l'an passé­. selon Royal LePage.

« On inscrit les propriétés très rapprochées des prix de l'évaluation municipale et même, quelques fois, en deçà de l'évaluation municipale. Ce qu'on ne voyait pas avant », commente Michèle Fournier, vice-présidente chez Royal LePage Inter-Québec.

Selon elle, le nombre de condos à vendre est trop important, même si les mises en chantier ont diminué.

Il y a trop de condos pour le nombre d'acheteurs de condo, tout simplement.

vice-présidente chez Royal LePage Inter-Québec
« Ce qui va arriver selon moi dans la région de Québec, si les gens n'ont pas à vendre, il vont tout simplement attendre que le marché se replace avant d'arriver sur le marché », conclut-elle.

Mais selon Frédéric McComeau, courtier immobilier chez Re/Max 1er choix, le marché prendra du temps avant d'afficher des hausses de prix.

« On ne peut pas espérer qu'un cycle se corrige en trois mois. On a une étude qui dit 6 % de baisse au premier trimestre, allons voir la suite, mais on ne peut pas penser que ça va se corriger cette année », analyse-t-il.

Dans un tel contexte, le courtier, rencontré dans un duplex à Limoilou, note un certain engouement des premiers acheteurs pour les immeubles à revenus.

« Contrairement à un condo où tu n'as peut-être rien à faire, mais tu n'as pas de revenu, ici, par exemple, j'ai un locataire en haut qui paie un montant qui va aider le propriétaire occupant à payer l'hypothèque », illustre Frédéric McComeau.

À l'opposé des copropriétés de type condominium, les maisons de plain-pied ont vu leur valeur bondir de près de 4 % depuis un an, tandis que les unifamiliales de deux étages se sont appréciées de 1,5 %.

 

Source: Huffington Post